Chronique de « Destination » de Franck Magloire, Le Soupirail

Publié le 15 novembre 2017 | Actualités, Auteurs, Métiers |
image_pdf

Franck Magloire a plusieurs romans à son actif. Déjà son premier livre, Ouvrière, relatait la vie de sa mère, ouvrière chez Moulinex jusqu’à la fermeture de l’usine. (Ce livre reçut le Prix littéraire de la ville de Caen en 2003.) Avec Destination, il poursuit son interrogation de la société contemporaine, comme le souligne en ouverture, la très belle épigraphe d’Hermann Broch « le roman qui ne découvre pas une portion jusqu’alors inconnue de l’existence est immoral. La connaissance est la seule morale du roman ».

A travers seize tableaux courts et incisifs, Franck Magloire relate ainsi les bouleversements de la société française, tant par l’évocation de grands événements historiques que de moments intimes. Des images ciselées surgissent au fil des pages, la Guerre des tranchées de 14-18, l’évasion du grand-père du stalag en 1941, l’apparition du visage de Mitterrand en 1981, via la nouvelle technologie du minitel, les frappes chirurgicales de la Guerre du Golfe. Les premiers soubresauts de la société de consommation aussi, quand la canicule de 1976 cède la place « à une fraîcheur automnale qui amène avec son lot de feuilles mortes le premier million de chômeurs ». Mais quelle est la place de l’individu dans cette Marche de l’Histoire, dans le cheminement collectif d’une société ? Quelles finalités, quelle destination pour un individu, un pays ?

Issu d’un milieu ouvrier et d’un quartier de banlieue « où le silence et l’espace n’existent pas » le narrateur intègre un cabinet de ressources humaines avec l’ambition de donner un mode de gestion humain à l’entreprise. Toujours en quête de sens, il se dirige un temps vers l’enseignement, s’interroge, est-il « un adolescent attardé ou un rêveur contrarié » ? Puis c’est le passage à l’écriture qui lui permet de tenir un peu le monde à distance, de respirer et grâce à laquelle il « veut continuer à croire que l’écritures est un souffle (…) et rêve d’un mot, d’une phrase, d’un paragraphe pour dire le monde en entier ».

Valérie Schmitt

Destination, Franck Magloire, éditions le Soupirail – 152 pages, 17 €

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.